Blog

Blog 625833 960 720

Madeleine DREYFUS, femme de coeur

Md

Madeleine Dreyfus fait partie de ces grandes figures féminines, femmes de coeur, de courage et sang-froid, qui parvinrent à organiser à l’OSE le sauvetage d’innombrables enfants.

Dreyfus madeleinedreyfus-madeleine.pdf (329.43 Ko)

de Katy Hazan

Katy Hazan est historienne, agrégée d’Histoire et docteur de l’Université, elle travaille au service Archives et Histoire de l’OSE.

Elle participe au comité de rédaction de la Revue d’histoire de la Shoah et a publié en 2000, Les orphelins de la Shoah, les maisons de l’espoir aux éditions Les Belles Lettres.

Éric Ghozlan est psychanalyste et directeur d’une Maison d’Enfants de l’OSE.

Il a participé de 1995 à 1997 à la collecte des témoignages audiovisuels de survivants de la Shoah, réunis par la Fondation Spielberg.

http://www.ose-france.org

Orgler Hertha a écrit: "Alfred Adler et son œuvre", libération du complexe d'infériorité, traduit de l'anglais par Madeleine Dreyfus. Paris, Delamain et Boutelleau, 1955.

 

Marie Bonaparte, psychanalyste profane.

Marie bonaparte et freud

Marie Bonaparte et Sigmund Freud

 

Au début des années 20, la princesse Marie Bonaparte découvre les premiers travaux de Sigmund Freud par l’entremise d’amis.

C’est suite à son insistance que Freud acceptera de la prendre comme patiente. Tout en menant une vie sociale à Paris et une vie de Cour en Grèce, la princesse Marie passe des périodes à Vienne auprès de Freud.

Elle envisage à 40 ans d’entreprendre des études de médecine mais Freud lui recommande plutôt de s’investir dans le développement de la psychanalyse. 

Elle finance la revue française de psychanalyse et fonde avec d’autres la société psychanalytique de Paris.

Elle-même pratique la psychanalyse dans sa résidence de Saint Cloud. Lors de la Deuxième Guerre Mondiale, la princesse permettra grâce à ses connaissances que Freud et sa famille quittent l’Autriche passée sous le joug nazi.

On estime qu’elle a également contribué à sauver plus de 200 intellectuels juifs pendant la guerre.

La princesse est connue pour avoir écrit plusieurs ouvrages et avoir traduit des ouvrages de Freud.

Son époux, le prince Georges décède à Saint-Cloud le 25 novembre 1957.

La princesse s’écarte vers la fin de sa vie de la psychanalyse et de ses différents courants.

Première femme psychanalyste, première psychanalyste profane française, c’est-à-dire non médecin, traductrice de plusieurs textes de Freud, cofondatrice de la première société de psychanalystes française qui ne comportait que neuf membres à ses débuts,

Elle est « comblée d'honneurs et de célébrité », mais souffre de frigidité. C'est cette difficulté qui oriente ses premières tentatives d'étude de la sexualité dont elle parle ouvertement et crûment.

Marie Bonaparte, même si ses ouvrages théoriques n'ont pas eu une grande influence scientifique, a œuvré pour ce mouvement naissant et fut la pionnière de la psychanalyse en France.

 

Marie Bonaparte, Princesse, écrivaine et pionnière de la psychanalyse en France (1882-1962)
 
Citation
 
"Il ne s'agit plus de vivre ma vie, il s'agit de la comprendre"
 
 

Sources:  http://www.noblesseetroyautes.com

Frida Kahlo et le "Moise ou le nucléus"

Frida Kahlo, artiste peintre mexicaine (1907-1954)

frida-kahlo-1.jpg

Frida Kahlo obtint le deuxième prix lors de l'exposition artistique annuelle au palacio de bellas artes pour l'oeuvre intitulée "Moise ou le nucléus". Le livre de Sigmund Freud  "Moise et le Monotheisme" lui donna l'idée de ce tableau. Elle fut si fascinée par ce livre qu'elle peignit la toile en l'espace de trois mois.La figure centrale ressemble a Diego Rivera, qui porte comme dans quelques autres tableaux, le troisième oeil de sa sagesse sur le front (frida kahlo 1907, blog skyrock)

...suite à de graves problèmes de la colonne vertébrale, Frida Kahlo continua à peindre mais couchée...

 ...certaines de ses oeuvres sont un témoignage bouleversant de la souffrance physique et morale...

kahlo-frida.jpg

"Moise ou le nucléus" (1945)

Coup de coeur!

Liliane Fainsilber

Psychanalyste et écrivaine

Je la cite:

"Les textes de Freud ont donc une valeur formatrice pour le psychanalyste mais de cette lecture il n’est pas libre de s’y dérober au nom de son savoir médical ou de ces dons de clinicien. C’est une question d’éthique, d’éthique de la psychanalyse et d’éthique du psychanalyste. Mais c’est aussi une question logique : si la psychanalyse ne peut être que réinventée par chaque psychanalyste, cette réinvention ne peut que se référer, à chaque fois, à l’invention première dont elle est la répétition"

Je vous invite à consulter son site

http://www.le-gout-de-la-psychanalyse.fr

Dali et la psychanalyse: sa méthode dite "paranoiaque-critique"

L'artiste Salvadore Dali s'intéressa à la psychanalyse et inspira même Jacques Lacan


Le milieu artistique a toujours été très réceptif à la psychanalyse. Les artistes ont même été parmi les premiers à s'intéresser à la psychanalyse. Mais les psychanalystes aussi ont trouvé source dans l'art, expression de l'inconscient.

Salvador Dali (1904-1989) était un artiste peintre espagnol. Il était également sculpteur, scénariste, écrivain et photographe. Ses mouvements artistiques principaux étaient le cubisme et le surréalisme.

Personnage curieux, énigmatique, excentrique, "fou", Dali avait une conscience extra-ordinaire de ses talents, de ses dons, de ses délires. 

C'est en 1929 qu'il devint surréaliste et inventa la méthode "paranoiaque-critique". Il s'agit d'« une méthode spontanée de connaissance irrationnelle, basée sur l’objectivation critique et systématique des associations et interprétations délirantes »

Cette méthode se baserait sur l'analyse, par son auteur lui-même, de sa propre paranoia, de contrôler ses obsessions et ses hallucinations dans un but d'utilisation artistique et créatif.

Comment ne pas évoquer ici l'oeuvre de Sigmund Freud "Les cinq psychanalyses" (1909), que je vous invite à lire, et le cas de paranoia du président Schreber. Il s'agit d'une étude clinique des Mémoires d'un névropathe écrit par Schreber lui-même. Il était magistrat et connu pour ses délires psychotiques. 

L'interprétation que Jacques Lacan a fait sur les Mémoires d'un névropathe a constitué son prototype de l'analyse des psychoses. Rappelons que la thèse de Doctorat en Médecine de Lacan s'intitule "De la psychose paranoiaque dans ses rapports avec la personnalité"

Dali était donc très intéressé par la psychanalyse et par ses processus d'interprétations et avait lu plusieurs ouvrages de Freud. Il rencontra Jacques Lacan en 1933. En 1938, il réalise son rêve et obtient un rendez-vous avec S. Freud, un homme malade, alors réfugié à Londres pour fuir le régime nazi. Toutefois, Freud trouvait qu'il y avait plus de "conscient" que d"inconscient" dans les oeuvres surréalistes.

Freud, très occupé par son travail sur Moïse et le phénomène religieux, aurait déclaré à Dali : « dans les tableaux classiques, je cherche le subconscient, dans les œuvres surréalistes je cherche ce qui est conscient. »

Chez Dali tout est "psychologique" et "analytique", en particulier ses oeuvres à "double-image" et sur les représentations de "l'oeuf" 

Dali, personnalité complexe, s'intéressait aux changements de son époque. Il savait "capter son environnement" et nourrissait ainsi ses créativités. Dali n'était pas un "immobile".

Bien sûr, pour définir certains traits de sa personnalité, il faut remonter dès son enfance; une jeunesse "dorée" mais particulièrement marquée par un frère prénommé Salvador et décédé très tôt, en 1903, à savoir 9 mois avant la naissance de Salvador Dali (qui a reçu le même prénom que son frère décédé). A 5 ans, ses parents l'emmenèrent sur la tombe de son petit frère et lui dirent qu'il en était la réincarnation.

Dali aurait affirmé: « Je naquis double. Mon frère, premier essai de moi-même..."

 

gala-muse-passion-dali.jpeg

 

dali-oeuf.gif

 

Le Double et les Oeufs occupent un place importante dans les oeuvres de Dali

 

dali.jpg

Salvador Dali

 

Sources:

"Cinq psychanalyses" de S. Freud.

"La graphologie" revue n° 292 en son article "de la nécessité de devenir un génie ou l'invention de Dali par Dali" - Anne-Marie Simond (graphologue SFDG)

"Etude psychanalytique de la création chez Salvador Dali" - de Patrice Schmitt (Dr en psychologie clinique) 

 

EM

L'aidant familial

L'Aidant familial 

Une noble "tâche". Toutefois, l'aidant est confronté à des difficultés physiques et/ou psychologiques. L'aidant ne doit pas rester seul mais doit accepter l'accompagnement (psychologique, associatif...). Le soutien de ses proches s'avère indispensable.

D'après l'association française des Aidants familiaux, ces derniers représentent plus de 8 millions de personnes qui accompagnent quotidiennement (ou presque) un proche malade, en situation de handicap ou dépendant, et quelque soit son âge.

Le Collectif inter-associatif d’aide aux aidants familiaux (CIAAF) définit un aidant comme «la personne qui vient en aide à titre non professionnel, pour partie ou totalement, à une personne dépendante de son entourage, pour les activités quotidiennes. Cette aide régulière peut être prodiguée de façon permanente ou non. Cette aide peut prendre plusieurs formes »

A l’heure actuelle seul l’aidant familial de la personne handicapée est caractérisé dans l’article R245-7 du Code l’action sociale et des familles:

« Est considéré comme un aidant familial, pour l'application de l'article L. 245-12, le conjoint, le concubin, la personne avec laquelle le bénéficiaire a conclu un pacte civil de solidarité, l'ascendant, le descendant ou le collatéral jusqu'au quatrième degré du bénéficiaire, ou l'ascendant, le descendant ou le collatéral jusqu'au quatrième degré de l'autre membre du couple qui apporte l'aide humaine définie en application des dispositions de l'article L. 245-3 du présent code et qui n'est pas salarié pour cette aide. »

L’article L248-1 du CASF précise également : « Des décrets en Conseil d'État définissent les modalités de formation qui peuvent être dispensées aux aidants familiaux, aux bénévoles associatifs et aux accompagnateurs non professionnels intervenant auprès de personnes handicapées. »

L'Aidant familial et la personne malade Alzheimer:

La dépendance résultant de la maladie d'Alzheimer ou des maladies apparentées mobilise les aidants, principalement familiaux. A ce titre, la maladie affecte toute la famille. France Alzheimer fait le point sur les aidants, leurs difficultés, leurs attentes…

La charge de travail induite par la dépendance de la personne malade excède les capacités d'une seule personne, c'est pourtant bien cette personne qui assume l'essentiel de la prise en charge. L'aidant familial est confronté à une quadruple charge affective, psychologique, physique et financière dans l'accompagnement de la personne atteinte par la maladie d'Alzheimer ou par une maladie apparentée. La personne malade requiert une vigilance qui progressivement mobilise l'aidant 24 heures sur 24 et qui conduit à des situations d'épuisement physique et psychologique. 

France Alzheimer propose aux aidants non professionnels (les familles, les amis, les voisins) qui accompagnent régulièrement une personne atteinte de la maladie d’Alzheimer ou d’une maladie apparentée, une formation pour les aider à faire face.

Aidant familial: un vrai travail à part entière

 

guide-aidant-familial.jpg

Un guide indispensable et complet - pour plus d'informations consultez le site de l'association française des aidants

http://www.aidants.fr

 

Sources:

- Site des Aidants

- France Alzheimer

- Expérience entourage

 

EM

Psychanalyste


Le psychanalyste

La transmission de la psychanalyse

Le savoir psychanalytique ne se contente pas uniquement d'un savoir théorique (Universités, Ecoles). Le psychanalyste posséde en général un niveau minimum bac+5. De nombreux psychanalystes sont médecins-psychiatres, psychologues cliniciens de formation mais aussi philosophes, historiens, sociologues, juristes, scientifiques, graphologues et certains viennent des secteurs paramédicaux, du social... Mais le savoir (psychopathologique et psychothérapique) et l'exercice de la psychanalyse ne se limite pas (et ne doit pas se limiter) uniquement à ces conditions.

L'élève-analyste doit se sousmettre lui-même à une psychanalyse. L'analysant assiste à des séminaires des groupes de travail, des conférences, des colloques... Il est inscrit auprès d'une société ou d'une association psychanalytique (école de psychanalyse). Il est un "acteur" de l'association.

L'élève-analyste est un grand lecteur non seulement des oeuvres de nos grands psychanalystes mais aussi d'ouvrages philosophiques, cliniques, médicaux, scientifiques, artistiques... l'analyste ne cesse jamais de lire, de se former, d'échanger, d'apprendre...

L'analyse du future psychanalyste est dite "didactique". Elle est censée éclairer le psychanalyste sur son propre inconscient et sur la façon de traiter ses patients. L'analysant est supervisé par un analyste confirmé.

De nombreuses associations psychanalytiques ont adopté la position de Jacques Lacan à savoir:

- Une école de psychanalyse qui assure et garantit la formation du psychanalyste.

- La "passe" (passant, passeur et jury)

- Le cartel (un petit groupe de travail de trois à cinq personnes)

Il existe plusieurs associations psychanalytiques. Vous en trouverez quelques unes citées dans ma rubrique intitulée "Sites et ouvrages favoris"

Il existe plusieurs courants: Freudien, Lacanien, adlérien, jungien...Leurs élèves sont dans un premier temps cooptés puis agréés...

Le diplôme de psychanalyste n’existe pas. Aucune Association psychanalytique, aucune Ecole ne délivre un « diplôme » de psychanalyste et pour cause!

Seule la cure analytique peut ouvrir sur le désir du psychanalyste. L’analyse personnelle est nécessaire mais non suffisante à faire émerger « du psychanalyste ». Extrait de l'ECF

Il existe des diplômes et certificats de formation théorique en psychanalyse; certaines Universités ont un "Département de psychanalyse" et proposent aux étudiants une formation théorique et de recherche. Il existe aussi des Ecoles qui forment aux différentes approches et théories psychanalytiques. Mais il est vivement recommandé, comme mentionné plus haut, d'être également inscrit auprès d'une Association psychanalytique (école de psychanalyse) digne de ce nom pour suivre une formation théorique et pratique. Les Associations ou Sociétés psychanalytiques organisent également les supervisions des analysants (futurs analystes). Elles contribuent à la reconnaissance des futurs analystes et accréditent leur parcours et leur formation. Le titre de psychanalyste n'est pas un titre protégé (voir la réforme du titre de psychothérapeute)

Les analystes respectent un code d'éthique et déontologique (cf mon thème sur la "déontologie en psychanalyse"). De même, qu'en fonction de leur courant, ils respectent des règles (la règle commune et fondamentale étant la "libre association" des idées de l'analysant). Rappelons que les patients doivent se renseigner sur le parcours de leur analyste avant d'entreprendre une analyse.

 

Il faut de nombreuses années pour être psychanalyste...

Je n'aborderai pas ici le décret d'application de la loi sur le "titre de psychothérapeute"...mais la lecture de cette loi, l'avis et les commentaires de certains professionnelles de la "psy" méritent qu'on s'y attarde...

Freud disait: "Serait un charlatan celui qui pratiquerait l'analyse sans avoir été lui même analysé...qu'il ait un diplôme de médecin ou de psychologue n'y changerait rien..."

"Démasquer le réel est le travail du psychanalyste" - Serge leclaire, psychanalyste, disciple de Lacan - Extrait de "Démasquer le réel, un essai sur l'objet en psychanalyse" (P.11)

EM

 

surgence-supervision

 

Revue de la LAF, n° spécial, automne 2009, en son intitulé "NEC PLUS ULTRA" traite de la supervision du psychanalyste

Nec plus Ultra : 

"La supervision au regard du: devenir psychanalyste"

Ci-dessous l'argumentaire des Journées qui ont été organisées par la Libre Association Freudienne les 06 et 07 juin 2009 (Gabriel Balbo):

"Lacan soutenait que « pour faire entendre aux fins de formation qui
sont les nôtres ce qu’il en est de la question du sujet telle que la psychanalyse
la subvertit proprement », nous sommes « qualifiés », en raison surtout :
- de notre expérience de cette praxis qui a pour nom psychanalyse,
- de la transmission d’un savoir théorique qui lui soit propre,
- de notre prétention de donner statut scientifique à ce savoir.

Et nous sommes d’autant plus qualifiés que nous savons que la
condition nécessaire et suffisante pour prétendre à ce statut, consiste à
« nouer plus intimement le régime du savoir à celui de la vérité ». Ainsi
ferons-nous entrer la vérité dans le champ de la science, du même pas 

freudien qui l’impose, dans le champ de notre praxis. Juste retour du refoulé.

L’époque de ce libre retentissement de la découverte analytique n’est
plus. Aujourd’hui, notre champ n’est plus aussi autonome ; on lui souhaite
même d’avoir davantage d’auto-momie. Notre savoir, critiqué par les sciences
voisines, convoité par le politique, connaît des restrictions à son extension,
tandis que des prescriptions légales limitent son intention comme ses
prétentions. Qu’en devons-nous penser, comment en tenir compte ?

Car enfin, un devenir est toujours autre à toute formation : telle la
momie, celle-ci ne relève que d’un lien social et ne dépend, pour être réalisée,
que d’objets et de rituels programmés ; tel le désir, celui-là ne regarde que le
seul sujet, et ne s’ordonne qu’à sa subversion. Comment, dès lors, concilier
l’une et l’autre ?

Pendant ces journées, nous verrons en quoi et comment, fût-ce au prix
de la formation de symptômes spécifiques, la supervision peut être le levier
par lequel devenir et formation peuvent se concilier plutôt que d’être en
conflit.

Leur dialectique présente l’intérêt de nous faire entendre combien toute transmission

d’un savoir-faire, réfère au registre du négatif d’un faire savoir 

qui est sinon assigné, parce que refoulé, à ne jamais relever de la vérité qui lui
donne consistance"

Graphologue

Le graphologue

Dans tous les métiers se référant aux sciences humaines, le savoir n'est pas figé. Le graphologue ne cessera de se former tout au long de sa vie

Le graphologue étudie les traits de personnalité et les caractéristiques psychologiques d'une personne à travers son écriture. La graphologie fonctionne selon les mêmes principes que les tests projectifs.

Cette étude de la personnalité à l'aide d'un texte manuscrit permet de donner des conseils sur une orientation scolaire, professionnelle ou une évolution personnelle.

Le graphologue est donc sollicité par des entreprises lors du recrutement d'un salarié mais aussi par des particuliers qui souhaitent en savoir plus sur eux-mêmes.

Il exerce en général en libéral mais peut être salarié comme consultant pour des Cabinets de recrutement.

Pour s'inscrire à la formation de graphologue, il faut être titulaire d'un baccalauréat au minimum (ou équivalent). Avoir une bonne culture générale est plus que nécessaire. Le Diplôme ou le Certificat de graphologue s'obtient alors après 3 ans d'études. Mais pour en faire son métier, il faut compléter cette formation par des études supplémentaires, notamment dans les domaines de la caractérologie, de la sociologie et de la morphopsychologie. 

La psychologie de l'écriture est une science humaine difficile comme toutes les sciences humaines. Pour "faire" un bon graphologue, il faut de nombreuses années de pratique.

Le graphologue se forme toute sa vie. Il complète ses connaissances en psychologie, en psychanalyse et se trouve aussi être un grande observateur des comportements de la société et de son évolution. Il n'est pas rare de rencontrer des graphologues qui sont psychologues, psychanalystes, médecins... Mais certains graphologues n'exercent pas professionnellement mais juste pour la qualité du savoir et la passion de l'écriture.

Il est, en général, membre de la SFDG et d'autres groupes et syndicats de graphologues. Ces derniers accordent l'accréditation.

Ses principales qualitésLes sciences, une qualité d'expression écrite, mais il faut surtout de grandes qualités d'observation, d'analyse et de synthèse, ainsi que des qualités humaines, d'écoute, de tolérance et d'impartialité. Notons également que l'intuition n'est pas négligeable dans les métiers se rapportant aux sciences humaines.

Le graphologue ne s'engage pas à fond dans un examen graphologique sur un seul document. Il doit connaître ses limites qui sont à la fois morales et techniques. La graphologie n'est pas un diagnostic médical. Le graphologue est tenu au secret professionnel (art.187 et 378 du code pénal) et respecte un Code de déontologie (éthique professionnelle, cf mon thème sur la "déontologie du graphologue").

Il est familiarisé avec les formes et les mouvements des écritures. Il a appris à les regarder, à les voir, à les comprendre et à les définir. Ensuite, il analyse et interprête ses observations.

Les graphologues peuvent aussi se former à la graphothérapie, à l'expertise en écritures...

Quoiqu'on puisse penser, le graphologue n'est pas un solitaire; il travaille en partenariat avec des Entreprises (recrutement en particulier), des psychologues, des psychiatres, des psychanalystes, des orthophonistes, des juristes...

Rappelons que le titre de graphologue n'est toujours pas protégé à l'heure actuelle. Il faut donc être vigilant quant au bien fondé du sérieux et de la formation du graphologue. 

Un graphologue digne de ce nom n'est pas "une sorte de psychologue au rabais" mais un vrai professionnel des sciences humaines et psychologiques, un réel analyste des profils caractérologiques des scripteurs et un partenaire très utile (peut-être encore plus de nos jours!) d'aide à la décision pour les "acteurs" du recrutement.

J'insiste encore une fois qu'en matière de recrutement, des ressources humaines et de l'expertise, le graphologue est un PARTENAIRE et non un décisionnaire! Il s'avère être un CONSEIL fiable et sérieux pour les Entreprises, la Justice et les particuliers.

S'il a été dit que le psychanalyste écoute avec la "3ème oreille"* (expression du psychanalyste Theodor Reik en 1948), il n'est peut-être pas faux de dire que le graphologue observe avec le "3ème oeil"*.

 

(*: cf les sujets sur la règle fondamentale en psychanalyse et sur "l'inconscient graphologique")

EM