Dali et la psychanalyse: sa méthode dite "paranoiaque-critique"

L'artiste Salvadore Dali s'intéressa à la psychanalyse et inspira même Jacques Lacan


Le milieu artistique a toujours été très réceptif à la psychanalyse. Les artistes ont même été parmi les premiers à s'intéresser à la psychanalyse. Mais les psychanalystes aussi ont trouvé source dans l'art, expression de l'inconscient.

Salvador Dali (1904-1989) était un artiste peintre espagnol. Il était également sculpteur, scénariste, écrivain et photographe. Ses mouvements artistiques principaux étaient le cubisme et le surréalisme.

Personnage curieux, énigmatique, excentrique, "fou", Dali avait une conscience extra-ordinaire de ses talents, de ses dons, de ses délires. 

C'est en 1929 qu'il devint surréaliste et inventa la méthode "paranoiaque-critique". Il s'agit d'« une méthode spontanée de connaissance irrationnelle, basée sur l’objectivation critique et systématique des associations et interprétations délirantes »

Cette méthode se baserait sur l'analyse, par son auteur lui-même, de sa propre paranoia, de contrôler ses obsessions et ses hallucinations dans un but d'utilisation artistique et créatif.

Comment ne pas évoquer ici l'oeuvre de Sigmund Freud "Les cinq psychanalyses" (1909), que je vous invite à lire, et le cas de paranoia du président Schreber. Il s'agit d'une étude clinique des Mémoires d'un névropathe écrit par Schreber lui-même. Il était magistrat et connu pour ses délires psychotiques. 

L'interprétation que Jacques Lacan a fait sur les Mémoires d'un névropathe a constitué son prototype de l'analyse des psychoses. Rappelons que la thèse de Doctorat en Médecine de Lacan s'intitule "De la psychose paranoiaque dans ses rapports avec la personnalité"

Dali était donc très intéressé par la psychanalyse et par ses processus d'interprétations et avait lu plusieurs ouvrages de Freud. Il rencontra Jacques Lacan en 1933. En 1938, il réalise son rêve et obtient un rendez-vous avec S. Freud, un homme malade, alors réfugié à Londres pour fuir le régime nazi. Toutefois, Freud trouvait qu'il y avait plus de "conscient" que d"inconscient" dans les oeuvres surréalistes.

Freud, très occupé par son travail sur Moïse et le phénomène religieux, aurait déclaré à Dali : « dans les tableaux classiques, je cherche le subconscient, dans les œuvres surréalistes je cherche ce qui est conscient. »

Chez Dali tout est "psychologique" et "analytique", en particulier ses oeuvres à "double-image" et sur les représentations de "l'oeuf" 

Dali, personnalité complexe, s'intéressait aux changements de son époque. Il savait "capter son environnement" et nourrissait ainsi ses créativités. Dali n'était pas un "immobile".

Bien sûr, pour définir certains traits de sa personnalité, il faut remonter dès son enfance; une jeunesse "dorée" mais particulièrement marquée par un frère prénommé Salvador et décédé très tôt, en 1903, à savoir 9 mois avant la naissance de Salvador Dali (qui a reçu le même prénom que son frère décédé). A 5 ans, ses parents l'emmenèrent sur la tombe de son petit frère et lui dirent qu'il en était la réincarnation.

Dali aurait affirmé: « Je naquis double. Mon frère, premier essai de moi-même..."

 

gala-muse-passion-dali.jpeg

 

dali-oeuf.gif

 

Le Double et les Oeufs occupent un place importante dans les oeuvres de Dali

 

dali.jpg

Salvador Dali

 

Sources:

"Cinq psychanalyses" de S. Freud.

"La graphologie" revue n° 292 en son article "de la nécessité de devenir un génie ou l'invention de Dali par Dali" - Anne-Marie Simond (graphologue SFDG)

"Etude psychanalytique de la création chez Salvador Dali" - de Patrice Schmitt (Dr en psychologie clinique) 

 

EM