Graphologue

Le graphologue

Dans tous les métiers se référant aux sciences humaines, le savoir n'est pas figé. Le graphologue ne cessera de se former tout au long de sa vie

Le graphologue étudie les traits de personnalité et les caractéristiques psychologiques d'une personne à travers son écriture. La graphologie fonctionne selon les mêmes principes que les tests projectifs.

Cette étude de la personnalité à l'aide d'un texte manuscrit permet de donner des conseils sur une orientation scolaire, professionnelle ou une évolution personnelle.

Le graphologue est donc sollicité par des entreprises lors du recrutement d'un salarié mais aussi par des particuliers qui souhaitent en savoir plus sur eux-mêmes.

Il exerce en général en libéral mais peut être salarié comme consultant pour des Cabinets de recrutement.

Pour s'inscrire à la formation de graphologue, il faut être titulaire d'un baccalauréat au minimum (ou équivalent). Avoir une bonne culture générale est plus que nécessaire. Le Diplôme ou le Certificat de graphologue s'obtient alors après 3 ans d'études. Mais pour en faire son métier, il faut compléter cette formation par des études supplémentaires, notamment dans les domaines de la caractérologie, de la sociologie et de la morphopsychologie. 

La psychologie de l'écriture est une science humaine difficile comme toutes les sciences humaines. Pour "faire" un bon graphologue, il faut de nombreuses années de pratique.

Le graphologue se forme toute sa vie. Il complète ses connaissances en psychologie, en psychanalyse et se trouve aussi être un grande observateur des comportements de la société et de son évolution. Il n'est pas rare de rencontrer des graphologues qui sont psychologues, psychanalystes, médecins... Mais certains graphologues n'exercent pas professionnellement mais juste pour la qualité du savoir et la passion de l'écriture.

Il est, en général, membre de la SFDG et d'autres groupes et syndicats de graphologues. Ces derniers accordent l'accréditation.

Ses principales qualitésLes sciences, une qualité d'expression écrite, mais il faut surtout de grandes qualités d'observation, d'analyse et de synthèse, ainsi que des qualités humaines, d'écoute, de tolérance et d'impartialité. Notons également que l'intuition n'est pas négligeable dans les métiers se rapportant aux sciences humaines.

Le graphologue ne s'engage pas à fond dans un examen graphologique sur un seul document. Il doit connaître ses limites qui sont à la fois morales et techniques. La graphologie n'est pas un diagnostic médical. Le graphologue est tenu au secret professionnel (art.187 et 378 du code pénal) et respecte un Code de déontologie (éthique professionnelle, cf mon thème sur la "déontologie du graphologue").

Il est familiarisé avec les formes et les mouvements des écritures. Il a appris à les regarder, à les voir, à les comprendre et à les définir. Ensuite, il analyse et interprête ses observations.

Les graphologues peuvent aussi se former à la graphothérapie, à l'expertise en écritures...

Quoiqu'on puisse penser, le graphologue n'est pas un solitaire; il travaille en partenariat avec des Entreprises (recrutement en particulier), des psychologues, des psychiatres, des psychanalystes, des orthophonistes, des juristes...

Rappelons que le titre de graphologue n'est toujours pas protégé à l'heure actuelle. Il faut donc être vigilant quant au bien fondé du sérieux et de la formation du graphologue. 

Un graphologue digne de ce nom n'est pas "une sorte de psychologue au rabais" mais un vrai professionnel des sciences humaines et psychologiques, un réel analyste des profils caractérologiques des scripteurs et un partenaire très utile (peut-être encore plus de nos jours!) d'aide à la décision pour les "acteurs" du recrutement.

J'insiste encore une fois qu'en matière de recrutement, des ressources humaines et de l'expertise, le graphologue est un PARTENAIRE et non un décisionnaire! Il s'avère être un CONSEIL fiable et sérieux pour les Entreprises, la Justice et les particuliers.

S'il a été dit que le psychanalyste écoute avec la "3ème oreille"* (expression du psychanalyste Theodor Reik en 1948), il n'est peut-être pas faux de dire que le graphologue observe avec le "3ème oeil"*.

 

(*: cf les sujets sur la règle fondamentale en psychanalyse et sur "l'inconscient graphologique")

EM